Comment perdre du poids?


Au nord de la ville, la reconversion en cours (depuis août) Rd 2020 est assez difficile pour de nombreux commerçants de s'y installer. En d’autres termes, au bord des tranchées et à des centaines de mètres de barrières rouges et blanches. Entre le giratoire, à la périphérie duquel Chapitès (Fleury), communément appelé le "rond point Burger King", et le McDo Saran (en direction de Paris), se trouve un tronçon de route stratégique qui promet de renaître d’ici à 2020.
Travaillez sur la RD 2020, au nord d'Orléans, à partir du 12 août ... jusqu'à la fin novembre!
Les marchands s’y sont installés à la limite de ce que l’on appelle encore le National 20, voyant la plus grande partie du travail comme un très bon œil. Le fait demeure qu'après un mois de construction, certaines ventes en souffrent déjà. Tout comme à Epi Gallic de Lpi, situé sur la route 783. "Au début des travaux, quelques jours plus tard, les embouteillages se sont rendus à Cape Saran et je pense que les gens se sont probablement détournés de cette route depuis", a déclaré son directeur.
Lea ouvre son livre de comptes. «Comparé au chiffre d’affaires du 9 août, le chiffre d’affaires du 9 septembre est presque la moitié. Bien sûr, les clients évitent le circuit », a-t-elle conclu. Il estime que "75% de la baisse d'activité provient du fait qu'il n'est plus possible de réduire une nationale entre ces deux ronds-points".
Le commerçant peut avoir demandé une indemnisation
L'opinion partagée par Chief Intercaves, une entreprise nécessairement installée à la périphérie de RD 2020 nord, au numéro 327. Qu'est-ce qui influence le plus possible le caviste? "Accès à mon magasin quand on vient du sud." L'accessibilité, qui a beaucoup à décourager un client d'Orléans qui ne trouve pas un virage à gauche pour atteindre sa cave. Il est maintenant obligé de continuer son voyage jusqu'au rond-point de McDo, à plusieurs centaines de mètres, puis de revenir. Même un trafic de pointe et des engins de chantier en mouvement.
Sébastien Fillion d’Intercaves a été contraint de soumettre son employé au chômage partiel pendant trois mois.
Le résultat "par mesure de précaution, car le propriétaire de l'entreprise doit toujours anticiper les difficultés, j'ai été contraint de déployer mon employé pendant une courte période de trois mois, un temps pour voir." À la fin de la première phase de travail à la fin du mois de novembre.

"Il y avait un besoin urgent d'offrir à Orléans une entrée digne de ce nom."
Sébastien Fillion (Directeur des ventes)

«Ce que la métropole promet va être formidable, et je ne nie pas qu'il était urgent d'offrir à Orléans l'entrée dans une ville digne d'un nom, mais je ne peux pas me permettre de perdre peut-être 20% de mon chiffre d'affaires par an, ce qui demande du travail. ' "

Sébastien Fillion dit pouvoir compter sur un maître conciliateur. «Il est venu chez moi pour trouver des solutions. Les travailleurs vont créer trois places de stationnement temporaires, juste devant chez moi, mais de l’autre côté de la RD 2020, au stade La Vallée. Mes clients arrivant d'Orléans pourront s'y garer, leur évitant d'avoir à se rendre au rond-point de McDonald's, ayant uniquement le chemin traversé. ' "
Néanmoins, Sébastien Fillion attend maintenant à la fin du mois de septembre pour commenter mon chiffre d’affaires. Si je perds 20%, je demande une rencontre avec Olivier Carré (président de la métropole) pour voir s'il est possible de débloquer le budget de compensation. ' "
"L'impression de travailler au château"
Rodolphe Neveux, gérant de Léon de Bruxelles, rapporte une baisse de 20% de son activité au cours de la première semaine de septembre. «Le problème est que nous n’avons pas de lisibilité. La participation est très inégale selon les services et les jours. Nous naviguons à vue. Et dans ces conditions, je ne peux pas me permettre de réduire l’équipe », regrette-t-il.
Mais ce n'est pas juste pour le restaurateur: «Je suis à Saran depuis dix ans. Nous investissons 50 000 € par an dans le sport, qu’il s’agisse de la main, du pied, du tennis, du basketball ... C’est un engagement fort qui peut être insoutenable sans chantage. Je vais lui laisser deux ou trois mois pour le conseiller », dit-il. Léon de Bruxelles, où nous estimons le "travail nécessaire", maintient son moral malgré une baisse du chiffre d'affaires. David Creff
Compte tenu de ces éléments, l'environnement de travail serait "compliqué, dans le bruit et la poussière" presque secondaire, et l'entrepreneur décrit "la situation très difficile à vivre". Et même si le site réserve de nombreuses surprises, comme un fossé à 2 mètres de la fenêtre du restaurant, découvert un matin, Rodolphe Neveux reconnaît que "le personnel du site est enchanteur. La coexistence se passe bien.
Travailler, "nous devons leur survivre".
"Nous n'avons rien à voir avec le travail, mais nous devrions être en mesure de survivre", craint Julian Marchand dans un grand magasin de vêtements de taille X, situé au 811. "Les embouteillages et les emplois font fuir les clients. Pouvons-nous bloquer l'accès aux entreprises pendant les journées chargées? Tout cela est mal organisé et fait sans nous consulter », complète le travail d'anxiété qui vient de commencer.

Horaire et équipement. Metropolis continue de développer R & D 2020 en recyclant sa partie nord. Les travaux ont débuté en août et vont du rond-point en direction de Pathé (Saran) à la rue Chapit & O (Fleury). La première phase des travaux sera terminée à la fin du mois de novembre. Le site ne sera pas rafraîchi avant février 2020 et sera terminé l'été prochain. Cela comprend la réfection de la totalité de la route, l’enfouissement des réseaux, la création d’une piste cyclable, la création de circulation et d’intersections. Il permettra également de restaurer l'éclairage public et de créer des espaces verts ...

David Creff