Maigrir efficacement et rapidement

Le terme «calendrier du ministre» est encore plus précis. Aujourd'hui, lorsque nous examinons le ministre de la Solidarité et de la Santé d'Agnès Buzyn, nous ne pouvons que nous étonner de la surchauffe des nominations.
Prenez le jour de ce jeudi. Après une courte nuit (retour à 2 heures du matin de l'Assemblée, où le comité spécial sur la loi sur la bioéthique est à l'étude, de retour au ministère à 8 heures), Agnès Buzyn s'est rendue à 10 heures lors du séminaire sur l'amélioration de la qualité de la SAMU, à 11 heures. h. Discours du Premier ministre sur la relance de notre système de retraite au Conseil économique, social et environnemental (CESE), puis retour à 14h30 à la révision de la loi sur la bioéthique à l'Assemblée nationale par une commission spéciale et tout se poursuit à 21h00, toujours avec cette satanique à propos de la bioéthique. Sans parler des réunions susmentionnées. Et vendredi ce sera la même chose - sans parler du fait que plus tôt cette semaine le "plan d'urgence" a été glissé.
Lire également 'PMA post mortem': la position des membres par rapport aux membres

Quel est l’intérêt et, en plus d’essayer de battre le record du marathon, en particulier avec quelle efficacité pouvons-nous être lorsque des réunions différentes les unes des autres se succèdent? Comment passer d'un domaine à un autre sans perte? Comment gérer une politique alors que vous avez à peine le temps de plonger dans un dossier? Et cela est d’autant plus évident que Quâ 'Agnès Buzyn a un petit meuble léger. "Nous savions que l'année scolaire serait bien remplie", a déclaré le ministère de la Santé. Qu'en est-il de la préparation en cours de la loi sur le financement de la sécurité sociale, qui viendra après deux semaines de débat parlementaire sur la bioéthique?
Lire aussi Genre: Philippe annonce la loi «votée» au début de l'été 2020
Le ministre, bien sûr, a toutes les qualités du monde. Et résistance à tous les tests. Il ne veut pas laisser de côté la gestion des dossiers de pension malgré la nomination de Jean-Paul Delevoy au poste de haut-commissaire. Mais il y a un risque: son espace ministériel est disproportionné. Pour garder un exemple, nous le voyons dans les hôpitaux: ils méritent des soins continus. En embrassant tout ...

Eric Favereau